Rapport Gallo : symptôme d'un Parlement Européen schizophrène - commentaires ROMPUY, FISCHER, livre numérique et propriété intellectuelle... 2010-10-10T07:45:22Z https://www.kuriereuropejski.org/Rapport-Gallo-symptome-d-un-Parlement-Europeen-schizophrene#comment8654 2010-10-10T07:45:22Z <p>J'attendais des réactions sur ces quatre derniers articles pour faire part de mes propres réflexions, à présent connues par le TAURILLON.</p> <p>Que L'EUROPE soit, d'après M. Van Rompuy, entre le navire et la tortue ne fait que rappeler l'enlèvement fondateur d'EUROPE par un fameux TAURILLON et la nécessité de l'accélération pour que L'EUROPE trouve enfin, après trois millénaires, la vitesse de communication inscrite dans les moyens de contact qu'incarnait la même EUROPE.</p> <p>Avec M. Fischer, gardons ardemment la jeunesse caractérisant paradoxalement la princesse EUROPE, porteuse du prodigieux désir qui lui fit mettre au monde, paraît-il, la première civilisation occidentale : la minoenne, dont toutes les civilisations européennes sont les héritières, les bénéficiaires, et qui fait de la Crète antique un début absolu.</p> <p>Quant au livre numérique, il montre l'inépuisable évolution des caractères phéniciens adoptés par les Grecs en même temps que la légende d'EUROPE : depuis 2700 ans, ces caractères offent à L'EUROPE un caractère démocratique toujours à préciser, réaliser, perfectionner. N'est-ce pas une chance extraordinaire et pourtant commune à saisir ensemble avec une conscience eurocitoyenne enfin éveillée ?</p> <p>En suivant l'ordre de publication des excellents articles du TAURILLON, j'en arrive (chrono)logiquement à la propriété intellectuelle : quel plus beau destin pour les idées que de se diffuser discrètement, anonymement, gratuitement et d'autant plus efficacement ? DIE GEDANKEN SIND FREI, répète-t-on en allemand depuis le XIXe siècle ; oui, LES IDEES SONT LIBRES comme le vent, comme l'esprit, et circulent avec autant de force productive. Il suffit de se souvenir certes que l'invention de l'alphabet se réfère à tout le peuple inventif, ouvert et mobile des Phéniciens, mais aussi par exemple de l'étrange sillage tracé par l'Alsacien MANEGOLD DE LAUTENBACH : il conçut au XIe siècle, pour contribuer à résoudre la querelle des Investitures et distinguer le temporel du spirituel, les grandes lignes du contrat social qui se diffusèrent à travers les pensées et les siècles, jusqu'à J.-J. Rousseau qui leur donna tout leur relief révolutionnaire. Les idées sont libres, et notre bien commun est la liberté. Comment l'étendre, l'approfondir et le développer dans le monde actuel, à commencer par l'EUROPE ?</p>