Eurosuisse

Regards suisses sur l’Europe

Une interview de Charlotte Sieber, Présidente des YES (Young European Swiss / JEF-Suisse)

, par La Rédaction du Taurillon, Charlotte Sieber

Regards suisses sur l'Europe

L’Europe et la Suisse... La Suisse et l’Europe... La Suisse en Europe. Quelles relations ? Quel avenir commun ? Quelle implication pour une organisation politique jeune comme la notre ? Des questions aujourd’hui en suspens auxquelles nous avons néanmoins, ci-dessous, cherché à donner quelques débuts de réponse.

L’Europe et la Suisse... La Suisse et l’Europe... La Suisse en Europe. Quelles relations ? Quel projet et quel avenir commun ? Quel rôle à jouer et quelle implication pour une organisation politique ’’jeune, européenne et fédéraliste’’ comme la notre ?

Toutes ces questions, le Taurillon a cherché à les prendre ’’par les cornes’’ et à essayer d’y chercher, d’y trouver quelques débuts de réponse.

D’où, ci-dessous, cette interview d’une de nos petits camarades de la JEF-Europe : Charlotte Sieber, présidente de la YES (JEF-Suisse). Laquelle a bien voulu se pencher sur notre questionnement, et se prêter à l’exercice...

- le Taurillon : Quel regard les Suisses portent-ils aujourd’hui sur l’UE ?

- Charlotte Sieber (YES - JEF Suisse) :

L’UE est régulièrement présente dans les discussions quotidiennes de la politique suisse et de plus en plus aussi dans les médias. C’est la raison pour laquelle une évolution importante de l’opinion publique a eu lieu dernièrement.

Mais ça ne veut pas nécessairement dire que le peuple suisse a moins peur d’une éventuelle adhésion. Le non au traité constitutionnel, les discussions autour du budget de l’UE et les problèmes de coordination en politique extérieure nous ont montré une UE faible.

Ce n’était pas très favorable pour l’opinion publique en Suisse. Je trouve ça triste, car on ne voit pas que l’UE fonctionne en fait bien et a un rôle de plus en plus important dans le monde. Bref, la perception des Suisses n’est probablement pas très différente de celle dans les pays membres de l’UE.

- le Taurillon : Où la Suisse en est-elle dans ses relations avec l’UE ?

- Charlotte Sieber (YES - JEF Suisse) :

Le bilatéralisme est toujours soutenu par une grande majorité en Suisse. Les gens trouvent que c’est la meilleure solution. Malheureusement ça ne changera pas aussi longtemps que le gouvernement suisse peut toujours présenter des bons résultats après les négociations bilatérales avec l’UE.

Cet automne, nous avons pour la première fois la possibilité de participer activement à l’intégration européenne avec une contribution financière à la cohésion. Si nous gagnons cette votation, la Suisse aura franchi un seuil psychologique important à mon avis. C’est pourquoi nous allons faire une grande campagne.

- le Taurillon : Vu de l’extérieur, on a aujourd’hui l’impression que les Suisses préfèrent se voir ’’imposer’’ le droit communautaire par voie d’accords bilatéraux au lieu de participer pleinement à son élaboration au sein des Instances communautaires. Cette perception est-elle erronée ?

- Charlotte Sieber (YES - JEF Suisse) :

Malheureusement, une majorité des Suisses ne comprend pas qu’on perde une grande partie de notre souveraineté avec les accords bilatéraux. Nous sommes en retard constant sur l’UE et il ne nous reste rien d’autre que de reprendre ce que les 25 ont décidé sans notre présence.

Mais cette majorité des Suisses est convaincue que nous pouvons assez contribuer et codécider dans les négociations bilatérales. Donc, environ 70% de la population suisse ne partage pas votre analyse et pense que la Suisse ne se voit pas imposer le droit communautaire.

Par contre, environ 20% veulent adhérer le plus vite possible pour influencer le développement européen et ne sont pas du tout contents avec les accords bilatéraux – les membres de la YES (JEF Suisse) faisons partie de ce groupe. Et les 10% restants ne veulent aucune coopération avec l ‘UE et trouvent que ce n’est pas nécessaire pour la Suisse de se rapprocher à l’UE.

À mon avis, la raison pour laquelle le peuple suisse pense comme cela, c’est que personne ne réalise combien de droit communautaire nous avons déjà intégré dans notre droit sans en être conscients.

- le Taurillon : Quelle analyse tires-tu du « Rapport Europe 2006 » récemment publié par le Gouvernement suisse ?

- Charlotte Sieber (YES - JEF Suisse) :

Le mouvement européen suisse est très déçu du rapport. Celui-ci ne donne pas de buts clairs à la politique européenne de la Suisse. Il célèbre le bilatéralisme et il manque de courage et d’innovation. Mais on ne pouvait pas vraiment attendre mieux à cause de l’ambiance politique actuelle en Suisse.

- le Taurillon : Comment analyses-tu la présence aujourd’hui au pouvoir en Suisse de ’’Nein-Sager’’ (comme Blocher) ?

- Charlotte Sieber (YES - JEF Suisse) :

En démocratie directe, c’est une triste réalité politique que les forces qui savent mobiliser leurs bases sont bien représentées dans les institutions. C’est le cas des conservateurs nationalistes en Suisse.

Ce n’est pas un secret que nous regrettons énormément cette évolution qui rend très difficile tout nouvel élan d’ouverture européenne en Suisse.

Mais le réel problème n’est pas un problème institutionnel. C’est l’ambiance politique actuelle en Suisse. La peur du changement, de la globalisation et de l’ouverture se laisse trop facilement instrumentaliser pour des campagnes nationalistes.

- le Taurillon : La Suisse a-t-elle (aujourd’hui / dans l’absolu) quelque chose à gagner à adhérer à l’UE ?

- Charlotte Sieber (YES - JEF Suisse) :

Bien sûr, sinon la raison d’exister du mouvement européen suisse disparaîtrait !!!

Les plus grands avantages sont le gain de souveraineté par la codécision, le plein accès au marché européen et la possibilité de participer pleinement à tous les projets et programmes de l’UE. Finalement, ça nous donnerait la possibilité de contribuer activement au projet européen.

- le Taurillon : Que faudrait-il donc faire (au niveau communautaire / au niveau helvétique) pour que la Suisse adhère à l’UE ?

- Charlotte Sieber (YES - JEF Suisse) :

Quelle question difficile... Si nous avions la réponse idéale, la Suisse serait probablement déjà membre !

Je pense que le mouvement européen est sur le bon chemin : informer sur la politique européenne avec des tables rondes, s’engager activement pour chaque rapprochement significatif à l’UE et dire clairement qu’on aurait plus de possibilités si on était membre.

Autrement je pense que le programme scolaire devrait contenir un cours sur l’histoire de l’intégration européenne et les institutions de l’UE et les médias devraient informer plus activement sur les décisions de l’UE et leurs implications négatives pour la Suisse n’étant pas membre.

- le Taurillon : Peux-tu nous présenter la JEF-Suisse ?

- Charlotte Sieber (YES - JEF Suisse) :

En Suisse, la JEF s’appelle young european swiss (yes – www.y-e-s.ch). Donc, comme le nom le dit, nous sommes jeunes, suisses et pro-européens. On est une organisation de jeunes très active et nous travaillons très efficacement car nos membres s’engagent beaucoup pendant leur temps libre. Mais nous savons aussi faire la fête !

- le Taurillon : Quelles sont aujourd’hui vos principales campagnes en cours ? Quels sont vos objectifs ?

- Charlotte Sieber (YES - JEF Suisse) :

Nous allons lancer prochainement une campagne pour un Oui lors de la votation du 26 novembre prochain. Il s’agira de ratifier un projet de loi que permet à la Suisse de contribuer financièrement à la politique de cohésion de l’UE en versant un milliard de francs suisses aux nouveaux pays membres. C’est très important de gagner cette votation pour les relations entre l’UE et la Suisse !

Prochainement, nous avons aussi un grand projet qui s’appelle ’’challenge europe’’ (www.challenge-europe.ch). Nous allons séjourner à Bruxelles avec 30 jeunes suisses pendant cinq jours et discuter avec des MEP’s, des journalistes, etc. sur les relations entre la Suisse et l’UE.

Et il y a encore beaucoup plus de projets qui sont en cours de réalisation. Par exemple, le projet [email protected] : nous organisons des journées européennes pour lycéens et faisons des simulations et des ’’workshops’’ sur le sujet de l’élargissement de l’UE, des négociations bilatérales et de l’adhésion.

- le Taurillon : D’après vous, le fédéralisme suisse peut-il servir de modèle pour réformer l’Union européenne ?

- Charlotte Sieber (YES - JEF Suisse) :

Le fédéralisme suisse fonctionne bien et est certainement un modèle à considérer dans la discussion sur une nouvelle constitution de l’UE. Nous avons réussi à intégrer les différentes régions linguistiques, les différentes cultures et régions dans un seul pays. Les minorités sont assez protégées par le système sans avoir le pouvoir de tout bloquer.

Mais il ne faut pas oublier que la Suisse est un petit pays et que les intérêts des différentes régions ne divergent pas fondamentalement comme c’est parfois le cas dans l’UE. Mais l’évolution de notre fédéralisme a été un processus très difficile : La constitution suisse n’aurait jamais été acceptée si certaines régions n’avaient pas été forcées.

- Illustration :

Le visuel d’ouverture de cet article est une phographie de Charlotte Sieber : actuelle présidente des YES (Young European Swiss), alias la « JEF-Suisse », section suisse de la JEF-Europe.

- Coordonnées associatives des YES (Young European Swiss) (JEF Switzerland) :

YES (Young European Swiss) (JEF Switzerland)

Beaulieustrasse 78, P.O Box 789

CH-3000 Bern 9

info chez y-e-s.ch

www.y-e-s.ch

Mots-clés

Vos commentaires

  • Le 28 septembre 2006 à 09:00, par Fabien En réponse à : Regards suisses sur l’Europe

    Bonjour Charlotte,

    Sympa ton interview ! En France, on a l’impression que la Suisse a tellement d’avantages qu’elle n’a pas envie d’être dans l’UE. Ton interwiew est une bonne bouffée d’air contre cette idée reçue.

    Tu nous informeras sur les suites de la votation ? Je suis sûr que les Jeffers de France sont prêts à vous soutenir...

    Salutations européennes.

  • Le 28 septembre 2006 à 18:40, par Maïa En réponse à : Regards suisses sur l’Europe

    Chers collègues suisses,

    nous vous soutenons de tout coeur pour votre votation !

    Sincères salutations européennes.

  • Le 29 septembre 2006 à 08:14, par Karim-Pierre En réponse à : Regards suisses sur l’Europe

    Effectivement, je crois que l’image que donne l’Europe en ce moment n’est pas idéale. Je comprends, quand on a un modèle fédéral exemplaire, on est assez peu motivé par l’adhésion à une bureaucratie lourde et faible, soumise à l’influence des lobbys et au poids démesuré des États.

    Bref, comme toujours il nous faut une réforme de l’Union dans un sens fédéral, avec une répartition des clares des compétences selon le principe de subsidiarité et des institutions étables et responsables devant les citoyens. Ce jour-là, les suisses voudront faire partie de l’aventure, j’en suis certain. Nous comptons donc sur le soutien de nos amis suisses pour parvenir à cette meilleure Europe, c’est dans notre intérêt à tous ! :-)

  • Le 29 septembre 2006 à 10:20, par choucks En réponse à : Regards suisses sur l’Europe

    Un grand merci Le Taurillon et Charlotte d’avoir par ce jeu de questions/réponses fourni une très bonne synthèse de l’état d’esprit du peuple suisse face à l’UE. J’y ai appris beaucoup.

    Bonne continuation aux YES !

  • Le 29 septembre 2006 à 22:26, par Ronan Blaise En réponse à : Regards suisses sur l’Europe

    En tout cas, grand merci à nos amis de la YES de s’être pris au jeu et de s’être ainsi plié à l’exercice.

    Votre point de vue jeune, européen et fédéraliste extérieur à l’Union nous permet ici de bien percevoir la singularité de votre engagement en faveur d’une Europe fédérale, cet engagement que nous partageons.

    Il est clair que nos lecteurs membres des JE-France auront beaucoup appris à la lecture de votre contribution à la vie éditoriale de ce webzine durant cette dernière semaine. Webzine dont les colonnes vous sont plus que jamais ouvertes pour une éventuelle plus intense collaboration. Grand merci encore.

    Ronan Blaise (Rédac’chef)

  • Le 15 octobre 2006 à 16:20, par ? En réponse à : Regards suisses sur l’Europe

    Salut Charlotte, effectivement on doit gagner cette prochaine votation ! :) Olivier N.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom